Letter to local media across Canada

Ted Hsu
Comments Off on Letter to local media across Canada

Restoring the long-form census will save money, boost the economy and improve our quality of life

 

Dear editor,

 

Eliminating the long form census was a costly mistake and it’s high time Parliament fix it and restore it by passing Bill C-626.

 

In 2011, Stephen Harper replaced the traditional long form census with a voluntary survey that cost taxpayers more—$22 million more—and produced inferior data. Its numbers were unusable for 25% of our towns and weren’t comparable to past surveys.

 

Worse still, groups like rural residents, the poor and youth were undercounted because of low response rates. That bias not only compromised the census, but it damaged other surveys which rely on census data to correct their sampling.

 

These errors make it harder for businesses to understand markets, governments to deliver services and researchers to get facts.

 

The census is used to design better public transit through its data on commuting patterns. It helps determine where religious groups, minorities and immigrants live, which tells us what services and businesses could succeed in their neighbourhood. It is the only source of data on small communities’ skill needs and labour shortages.

 

Groups like the Canadian Chamber of Commerce, Canadian Federation of Independent Business and the Canadian Medical Association have been calling for a fix.

 

That’s why I proposed C-626 to restore the long form census. It would save money and produce better data for everyone. This bill also ensures the census produces quality data that is comparable over time, and empowers the Chief Statistician to protect the integrity of the survey design and data collection process.

 

Canadians need the basic data that is essential to good planning. I hope Members of Parliament will vote to pass C-626 this winter so that we can stop paying more for less.

 

Yours sincerely,

 

Ted Hsu, MP
Liberal Party of Canada Science Critic

613-996-1955

 

 

Le rétablissement du formulaire long du recensement permettra d’économiser de l’argent, de stimuler l’économie et d’améliorer notre qualité de vie

 

Madame, Monsieur,

 

L’élimination du formulaire long du recensement fut une erreur coûteuse et il est grand temps que le Parlement règle ce problème et rétablisse le formulaire en adoptant le projet de loi C-626.

 

En 2011, Stephen Harper a remplacé le traditionnel formulaire long du recensement par un sondage facultatif qui coûte plus cher aux contribuables – plus exactement 22 millions de dollars de plus – et qui a recueilli moins de données. Ces statistiques n’étaient pas utilisables dans le cas de 25 % de nos villes et n’étaient pas comparables aux sondages antérieurs.

 

Pire encore, des groupes comme les personnes vivant dans les régions rurales, les plus démunis et les jeunes étaient sous-dénombrés en raison des faibles taux de réponse. Ce biais n’a pas seulement compromis le recensement, mais il a également nui à d’autres sondages qui reposaient sur les données du recensement pour rectifier leur échantillon.

 

Ces erreurs font en sorte qu’il est plus difficile pour les entreprises de comprendre les marchés, pour les gouvernements d’offrir des services et pour les chercheurs d’obtenir des informations factuelles fiables.

 

Le recensement sert à concevoir de meilleurs systèmes de transports en commun grâce à ses données sur les habitudes de déplacement. Il nous permet de savoir où les groupes religieux, les minorités et les immigrants habitent, ce qui nous indique quels services et entreprises pourraient être fructueux dans leur quartier. Il s’agit de la seule source de données sur les besoins en compétences et les pénuries de main-d’œuvre des petites communautés.

 

Des groupes comme la Chambre de commerce du Canada, la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante et l’Association médicale canadienne demandent à ce que le problème soit résolu.

 

C’est pourquoi j’ai proposé que le projet de loi C-626 rétablisse le formulaire long du recensement. Il permettrait d’économiser de l’argent et de recueillir des données qui pourront être mieux utilisées par tout le monde. Grâce à ce projet de loi, le recensement produirait également des données de qualité qui seraient comparables dans le temps, et le statisticien en chef aurait également les moyens de protéger l’intégrité de la conception du sondage et du processus de collecte de données.

 

La population canadienne a besoin des données fondamentales qui sont nécessaires à une bonne planification. J’espère que les députés voteront pour adopter le projet de loi C-626 cet hiver de sorte que nous puissions cesser de payer plus pour en avoir moins.

 

Cordialement,

 

Ted Hsu, député

Porte-parole du Parti libéral du Canada en matière de sciences

613 996-1955